Mouillages aux iles Canaries

Les mouillages aux Îles Canaries

Le mouillage forain aux Canaries est une solution idéale pour réduire son budget et apprécier le paysage volcanique des îles. Les sites pour mouiller dans du sable sont nombreux et pourtant, vous ne sortirez pas votre ancre très souvent aux Canaries.

La raison est très simple. Les mouillages aux Canaries ne sont pas protégés de la houle et ils sont très rouleurs.

Nous avons passé 10 mois aux Canaries sur notre voilier et adorons ces îles. Comme de nombreux plaisanciers, nous pensions économiser le budget en vivant à l’ancre. Mais la réalité fût toute autre.

Aux Canaries, préparez-vous plutôt à une vie dans les ports et les marinas !

Dans cet article de blog, vous découvrirez à quoi faire attention quand vous mouillez à l’ancre, des conditions de mouillage sur les différentes îles et où nous étions à l’ancre.

Carte des mouillages aux Canaries

Les mouillages sont très bien répertoriés sur le site web et l’application de navily.com. Lisez bien les commentaires des navigateurs et par quel vent les mouillages sont protégés. Vous découvrirez d’ailleurs que le mot « rouleur » et « rafales » reviennent très souvent.

Les spots de mouillage figurent également dans l’application de Navionics. Ils sont marqués soit par le signe d’une ancre soit par un bateau. Ils coïncident en général avec ceux indiqués sur Navily.

Dangers des mouillages aux Canaries

Les Iles Canaries sont d’origine volcanique et sont complètement ouvertes à l’Océan Atlantique. Vous n’y trouverez ni petites criques ni baies s’enfonçant dans la côte qui offriraient une meilleure protection.

Pour mouiller aux Canaries, il faut prendre en compte les dangers suivants :

1. Profondeur au mouillage

La profondeur peut vite passer à plusieurs dizaines de mètres près des côtes. Parfois, on mouille dans 12 mètres. Il est important d’avoir suffisamment de longueur de chaîne de mouillage (entre 3 et 5 fois la profondeur).

2. Rafales et zones d’accélération

Les rafales aux Canaries sont courantes au mouillage et sont souvent sous-estimées par les prévisions météo. On peut même rester coincé dans un mouillage avec de très fortes rafales sans avoir accès à un port à proximité.

3. Vent changeant

Un mouillage peut sembler confortable la journée mais quand le vent retombe la nuit, le mouillage devient très rouleur. Il faut surveiller la force et la direction du vent car les mouillages sont rarement protégés contre le vent du secteur est et sud.

4. Marée

Vérifiez bien la profondeur au mouillage en tenant compte du marnage (différence entre marée haute et marée basse). A la pleine lune et à la nouvelle lune, la marée est plus forte et le marnage va jusqu’à 2 mètres.

5. Cailloux et rochers

La côte canarienne est très rocheuse car les îles sont d’origine volcanique. Il vaut mieux vérifier le fond de votre mouillage et l’emplacement des rochers isolés qui sont signalés sur votre carte de navigation. Tenez également compte du marnage et du vent changeant pour ne pas finir sur un rocher.

6. Sable noir

Comme le sable est noir, il n’est pas toujours facile de distinguer les rochers du fond noir. Vérifiez bien où vous avez planté votre ancre. Les plages au sable blanc sont rarement praticables pour le mouillage car souvent situées dans les zones d’accélération du vent.

7. Débarquement en annexe

Il est souvent impossible de débarquer sur les plages en annexe car elles sont parsemées de rochers ou de gros galets et les vagues sont fortes.

Sont les mouillages aux Canaries gratuits ?

Les mouillages aux Canaries sont gratuits pour les bateaux de plaisance. Il existe toutefois une exception.

Le mouillage à Las Palmas de Gran Canaria à côté du port est payant. Le prix du mouillage est entre 2 et 5 Euros/nuit selon la taille du bateau. En contrepartie, le port vous permet d’aller chercher l’eau, charger vos batteries au quai et d’utiliser les sanitaires et douches (prix de 5 Euros pour la carte). Ce mouillage est par contre interdit du 15 mars au 15 septembre à cause des activités nautiques dans la baie de mouillage.

Quel mouillage choisir après la traversée Gibraltar-Canaries ?

Le premier meilleur mouillage en arrivant aux Canaries en voilier depuis Gibraltar, Maroc ou Madère est celui sur l’île La Graciosa. Le mouillage s’appelle Playa Francesa et vous pouvez y arriver même de nuit.

Mouillage à La Graciosa

L’île La Graciosa est la première escale de nombreux plaisanciers en arrivant aux Canaries. Le seul mouillage autorisé sur La Graciosa est Playa Francesa (parfois épelée Playa Francesca) et il faut demander une autorisation de mouillage (voir plus bas).

Playa Francesa est une plage de sable blanc de très bonne tenue et très bien abritée du vent N et NE et de la houle. L’arrivée de nuit au mouillage est aisément faisable de nuit.

Par vent E, Playa Fracesa reste encore praticable mais il faut fuir par vent S et SE qui est souvent très fort et de fortes rafales descendent de la montagne de Lanzarote en face.

Le débarquement en annexe sur la plage est possible, attention aux rochers. Le mouillage est très joli, il se trouve à 2,5 km de la ville, la journée (pas tous les jours), vous aurez droit à des day-charters avec des touristes et de la musique (les bouées sont pour eux).

Nous y avons mouillé 5 nuits après notre traversée Portugal-Canaries.

Autorisation de mouillage à La Graciosa

La Graciosa fait partie de la réserve marine de l’archipel Chinijo et il faut demander une autorisation de mouillage pour La Graciosa. La demande et le mouillage sont gratuits.

Le site web de la Marina Lanzarote ainsi que le guide nautique des Iles Canaries de l’éditeur Imray expliquent comment faire.

Il faut remplir et envoyer un formulaire de demande au Cabildo de Lanzarote à l’email suivant : medioambiente3@cabildodelanzarote.com (Solicitud de Autorización Para Realizar Actividad de Fondeo en el Parque Natural del Archipiélado Chinijo).

Peu de navigateurs font la demande d’autorisation car souvent, ils ne sont pas au courant. Les contrôles sont toutefois quasi inexistants.

Mouillages à Lanzarote

La côte est et sud-est de Lanzarote se trouve dans une zone d’accélération et les mouillage n’y sont pas faciles à cause de la houle. Le sud de l’île offre une meilleure protection sauf en cas du vent du secteur sud.

Marina Rubicón

Le mouillage se trouve à côté de la marina, tout de suite derrière la digue de l’ouest. Nous y avons passé 5 nuits. Le mouillage est parfaitement protégé contre le vent de N et NE et la houle n’est pas forte. Il peut devenir rouleur par temps très calme.

Pas de débarquement en annexe possible sur la plage qui est très rocheuse. Il y a une rompe (slip) réservée au club des activités aquatiques qui donne sur le mouillage, réservée au club. Si vous laissez votre annexe là-bas, la marina viendra vous mettre un petit dépliant : vous pouvez laisser gratuitement votre annexe directement dans la marina. Elle vous demandera juste d’utiliser un moteur sur votre annexe et de laisser votre nom et numéro de téléphone à la capitainerie.

Mouillages à Fuerteventura

Les mouillages à Fuerteventura sont quasiment impossibles. La côte est très venteuse sans aucune protection. Même si la journée tout semble parfait, la nuit quand le vent se calme un peu, le roulis devient infernal.

Ile de Los Lobos

Ce mouillage n’est absolument pas protégé et il faut bien choisir le moment pour y aller : très peu de vent et pas de houle. Le mouillage est de bonne tenue et de sable blanc. Toutefois, vérifiez bien quelle sera la profondeur sous votre bateau à marée basse car les fonds remontent vite. Nous y avons passé 3 nuits au calme.

Les bouées à ce mouillage sont réservées aux daycharters qui seront sur place de 10h à 17h. Par contre, vous pourrez les utiliser pendant la nuit, ça sera plus confortable pour vous. Nous avons pris une bouée et au bout de la deuxième journée de mouillage, nous avons trouvé un message sur notre bateau : on nous a demandé gentiment de libérer cette bouée privée. Une personne des daycharters est ensuite venue en fin de journée en nous le rappelant. Nous nous sommes excusés d’avoir ignoré ce fait et avons expliqué que nous partions le lendemain. Comme c’était déjà le soir, on nous a laissé profiter de la bouée jusqu’au lendemain matin.

Le débarquement en annexe sur la plage n’est pas possible à cause d’une côte très rocheuse. Il est possible de laisser l’annexe sur la digue côté Est pour ne pas déranger les bateaux-excursions et les bateaux-taxis. En journée, vous ne serez jamais seuls sur cette île paradisiaque. Les touristes en excursion de journée depuis Corralejo (Fuerteventura) l’adorent. Profitez donc de l’île tôt en matinée ou plus tard en journée. L’île est tellement prisée que depuis le 15 janvier 2019, des quotas ont été fixés pour visiter l’île et une autorisation de visite doit être demandée par internet. Nous y étions juste avant que cela soit introduit.

Mouillages à Gran Canaria

oéLes seuls mouillages un peu protégés se trouvent sur la côte sud, sud-ouest et ouest. Ils peuvent devenir très rouleurs tout de même. La baie de mouillage à côté du port de Las Palmas est payant et ouvert seulement du 15 septembre au 15 mars.

Playa de las Nieves

mouillage Puerto de Las Nieves - Grande Canarie
Silkap au mouillage au Puerto de Las Nieves

Ce mouillage se trouve dans le Puerto de las Nieves (Puerto Agaete) au nord-ouest de la Grande Canarie. Il est en grande partie protégé par la digue du port ce qui diminue considérablement la houle. Le seul mouvement dans le port est celui du ferry Fred Olsen qui ne crée pas beaucoup de vagues. La fond de sable noir est de bonne tenue. Nous nous y sommes arrêtés à deux reprises pour une semaine à chaque fois.

Vous pouvez laisser l’annexe sur la digue avec des escaliers. L’eau dans le port et au mouillage est propre et vous pourrez profiter de la baignade. Les week-ends, les touristes envahissent le village et les terrasses du port, c’est le seul inconvénient.

Las Nieves est bien protégé par vent NE, N et E. Mais il peut arriver que même par ce vent, vous aurez des rafales qui perdurent pendant plus d’une journée. C’est ce qui nous est arrivé après une semaine de mouillage dans ce port alors que les prévisions météo annonçaient un vent NE et nous nous croyions à l’abri. Nous avions des rafales incessantes jusqu’à 27 nœuds pendant une journée et demie et il nous était difficile de débarquer en annexe. Le vent qui entre dans le couloir entre Grand Canaria et Ténérife forci et créé des rafales très fréquemment. Comme les prévisions météo prévoyaient des rafales à las Nieves pour plusieurs jours, nous avons décidé de quitter le mouillage.

Mouillages à Ténérife

La côte sud-ouest offre des mouillages plus protégés mais à nouveau ils peuvent devenir très rouleurs.

Playa de Masca

Ce mouillage est bien apprécié par les bateaux venant de Los Gigantes pour la journée. Il se trouve au pied d’une falaise qui le protège contre le vent. Il y a une petite digue où on peut attacher l’annexe. Nous y avons passé une nuit

Nous y sommes allés par mer très calme et presque plate. Le mouillage était très agréable toute l’après-midi. Mais en fin de soirée, le vent n’arrêtait pas de tourner dans tous les sens et du coup, nous avions du roulis bien fort toute la nuit.

Playa de La Tejita

Mouillage avec fond de sable de bonne tenue. Il y a une petite montagne qui permet un abri contre un vent pas trop fort. Dès le soir, quand le vent est retombé, nous avions un très léger roulis. Nous y sommes restés pendant une mer très calme et une seule nuit. Avant le coucher du soleil, nous y avons même réussi à pêcher des carangues avec comme appât de petits morceaux de dinde fraîche.

Mouillages à La Gomera

Tous les mouillages sont compliqués à La Gomera. La houle peut forcir très vite, le vent est changeant et le roulis quasi permanent.

Playa de Chinguarime et Playa de Tapahuga

Playa de Chinguarime est réputée pour ses grottes et les hippies qui y vivent. C’est une plage avec de très gros galets et de la houle, le débarquement en annexe n’est pas possible. Nous avons donc nagé jusqu’à la plage pour y faire une petite ballade, ça n’est pas tous les jours qu’on peut voir des gens vivant dans des grottes.

Comme la houle avait fortement forci en fin d’après-midi, nous nous sommes déplacés au mouillage sur la plage voisine, la Playa de Tapahuga, mieux protégée. Mais à 23 heures après un roulis insupportable, nous avons levé l’ancre pour nous déplacer au mouillage à Valle Grand Rey.

Valle Gran Rey

Mouillage avec fond de sable noir, au pied des falaises, près de la plage des hippies et du port. La place pour mouiller est grande et débarquer en annexe sur la plage n’est pas possible à cause de gros galets et des vagues. Il est probablement possible de laisser son annexe près des digues du port.

Nous sommes arrivés à ce mouillage à 2h du matin. Le roulis y est très fréquent car le vent tourne dans tous les sens. La nuit suivante, nous avons quitté Valle Gran Rey pour traverser vers El Hierro car les prévisions prévoyaient un vent fort venant de NO.

Mouillages à La Palma

Un mouillage se trouve devant le port de Tazacorte. Même si la côte est abrité du vent, la houle peut rendre le mouillage désagréable.

Mouillages à El Hierro

Un seul mouillage existe au sud de l’île d’El Hierro loin de tout et au pied de la côte montagneuse. Le mouillage se trouve plus à l’ouest de la Playa de Tacorón. Toute la zone entre le port de La Restinga jusqu’à vers Tacorón est une réserve marine avec interdiction stricte de mouillage.

Epingler cet article sur Pinterest

2 réflexions sur “Les mouillages aux Îles Canaries”

  1. Au mouillage de isla de Lobos, Fuerteventura, il y a une espèce de petit lagon au Nord, accessible à marée haute par un seuil. Une fois dedans c’est super bien protégé. Il faut aller en reconnaissance en annexe. Pour très faible tirant d’eau uniquement.
    C’est le paso de la Orchilla (bien imagé, ça ressemble à une oreille) et le lagon s’appelle Concha de Lobos (c’est bien en forme de coquillage).

    1. Tout à fait, il y a un lagon et la barrière rocheuse pour y entrer est bien visible à marée basse. Notre voisin y est allée en annexe à marée haute et il s’est fait presque piéger dedans à marée descendante (bon, juste son annexe).
      Sur Navionics, le lagon est marqué comme zone d’estran (donc sans eau à marée basse). Peut-être une erreur sur la carte.
      Ca serait intéressant de savoir avec quel tirant d’eau on peut oser y aller.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *