Tour du monde en voilier en couple : bilan après 3 ans de voyage

Partir en tour du monde en voilier en couple est une grande aventure. Bien plus grande que vous ne pouvez vous l’imaginer. Une aventure humaine qui vous réapprend les vrais besoins de la vie.

Voyager en voilier autour du monde est un mode de vie ! D’un côté, ce sont des vacances. Et de l’autre, c’est du travail. De quel travail pouvons-nous bien parler ? De celui d’entretenir et de réparer le bateau en permanence.

A l’heure où nous écrivons ce bilan de notre tour du monde en voilier, nous avons voyagé à plein temps 3 ans et 4 mois. Notre voilier est notre maison. Nous avons prévu de voyager environ 7 à 10 ans. Tant que l’envie, la santé et le budget nous le permettent.

Quel est le bilan de ces 3 ans sur les mers et les océans ? Et qu’est-ce qui vous attend si vous vous lancez dans un projet pareil ?

Pour comparer, nous avons écrit un bilan de notre tour du monde après la première année de voyage.

Notre voyage en voilier en couple après 3 ans

Notre voyage en voilier est en mode lent. Nous avons absolument tout quitté en Europe (en Suisse) et ne sommes pas pressés par le temps. Nous voulons profiter des destinations. En 3 ans de voyage, nous sommes arrivés jusqu’en Colombie, en partant du sud de la France (région de Toulon).

La pandémie nous a bloqué aux Petites Antilles ce qui n’était pas si dramatique puisque nous avons du temps. Nous avons surtout pensé à tous ceux qui ont dû arrêter leur voyage en voilier qui était prévu pour une année ou deux ans sabbatiques.

Notre grand luxe est le temps. Nous avons encore plus ralenti notre voyage. Pas de pression pour passer le canal de Panama et passer en Polynésie française. D’ailleurs, nous avons même changé notre plan pour la suite.

Aujourd’hui, nous ne rêvons plus autant de la Polynésie et des îles. Mais plutôt des endroits moins visités en voilier. Alors Le Mexique et sa Mer de Cortez sont maintenant sur notre liste. En voilier, il faut savoir s’adapter en permanence. Le choix des destinations est déjà assez restreint à cause des directions des vents. Car on ne peut pas naviguer en voilier comme on veut.

Le gros changement de notre voyage est également que nous sommes plus expérimentés. En voile, en météo, en réparations. Il a fallu 3 ans pour passer de presque débutants en voile aux voileux qui ont confiance en ce qu’ils font. 3 ans à plein temps d’apprentissage, de tâtonnements, d’erreurs, de conneries, de frayeurs, d’engueulades. Une traversée de l’Atlantique, un cyclone, des réparations coûteuses.

Et vous savez quoi ? Le meilleur moyen pour apprendre la voile, c’est de faire des erreurs ! Même si elles coûtent parfois cher.

Chaînes YouTube voyage en voilier : quelle est la réalité ?

Au début de notre projet du tour du monde en voilier, nous ne connaissions strictement rien à la voile. C’était en 2014. Alors nous avons regardé des chaînes YouTube qui à l’époque n’étaient pas encore si nombreuses.

La vie à bord du voilier avait l’air géniale. La belle vie, cocotiers, plages, soleil, eau transparente. Juste quelques problèmes par-ci et par-là. A l’époque, quand nous n’avions encore aucune expérience de voile, cette vie nous paraissait un paradis.

Quelle est la réalité aujourd’hui ? Le mode de vie sur un voilier, est-ce vraiment la belle vie ?

Maintenant que nous avons plus d’expérience et un œil plus critique, voici comment vous devriez regarder les vidéos des chaînes YouTube.

La belle vie n’est qu’une partie du voyage, la partie visible de l’Iceberg facile à filmer. Non, nous ne sommes pas en permanence en train de nous amuser, de faire la fête, de visiter. Mais ce sont les moments qu’on a envie de vous montrer, les bons côtés du voyage. Ces moments sont aussi faciles à filmer.

D’autres moments plus critiques sont plus rarement dans les vidéos. Pour une simple raison. Dans des moments où le bateau ou l’équipage sont en danger, il est impossible de filmer. La priorité est de se mettre à l’abri et de sauver le bateau. Sur un voilier, les dangers sont nombreux. Ils ne préviennent jamais à l’avance et filmer dans ces moments est l’un des derniers soucis.

Alors, comment regarder les vidéos YouTube des voyageurs en voilier ?

Bien sûr, rêvez des moments magiques. Quant aux problèmes, repérez toujours les moments compliqués, les pannes, les galères. Et posez des questions aux youtubeurs dans les commentaires. Qu’ont-ils appris de la galère, que feraient-ils différemment la prochaine fois, pourquoi ont-ils fait comme-ci et comme-ça… ?

La majeure partie des youtubeurs répondent aux commentaires et vous apprendrez ainsi beaucoup de choses.

Nous avons aussi une chaîne YouTube : Silkap – Tour du monde en voilier. Nous ne faisons pas beaucoup de vidéos car monter une vidéo demande énormément de temps. Mais si vous avez envie de voir un sujet abordé dans nos vidéos, laissez-nous un commentaire.

Partir en voilier sans expérience : est-ce possible ?

Vous êtes nombreux à nous écrire que vous êtes de complets débutants en voilier et souhaitez préparer un tour du monde en voilier. C’était aussi notre cas au début de notre projet. Certains nous prenait pour des fous, d’autres nous disaient que c’était trop dangereux. Et beaucoup nous encourageaient.

Partir en voilier sans expérience c’est possible !

Bon, pour notre part, comme nous avions 4 ans pour préparer notre projet, nous avons tout de même fait un permis mer (hauturier).

Mais nous avons rencontré au cours de notre voyage un couple de cinquantenaires qui a acheté un bateau sans aucune expérience. Ils ont appris petit à petit.

Un autre couple du même âge était dans la même situation. Mais ils ont engagé un skipper pour les 2-3 premières semaines de leur voyage pour apprendre à manier leur premier bateau.

Si vous n’avez aucune expérience de voile, le projet d’un voyage en voilier est faisable. Nous vous conseillons tout de même de prendre quelques cours de voile. Et d’électricité et de mécanique, car vous passerez beaucoup de temps à réparer votre bateau.

Nous avons tous les deux fait le permis hauturier suisse avant de partir en voyage. Ça a demandé du temps et un budget. Mais ensuite, une fois en tour du monde, nous avons pu focaliser notre apprentissage sur autre chose : apprendre à tout réparer. C’est l’une des compétences les plus importantes sur un bateau.

Le seul souci aujourd’hui pour nous, c’est que nous avons deux capitaines à bord qui ne sont pas toujours d’accord l’un avec l’autre sur les décisions. Mais de l’autre côté, quand nous avons des soucis sur le bateau et s’il devait arriver quelque chose à l’autre, chacun de nous deux saura se débrouiller.

Vivre sur un voilier : les avantages et les enseignements

La vie sur un voilier nous a transformé. Nous avons quitté notre vie stressante en Europe justement pour profiter de nos vies. Avant qu’il ne soit pas trop tard. La vie n’est pas éternelle !

Trois ans de voyage sont trois ans gagnés sur nos vies. Et les trois ans ont filé à une vitesse grand V. Trois ans paraissent beaucoup mais ça passe trop vite. On est complétement déconnecté de la vie stressante des terriens. Pas de stress pour devoir se réveiller le matin pour aller au boulot. Pas de stress pour avoir le dernier gadget à la mode.

La vie sur un bateau se résume au strict essentiel. Déjà parce qu’il n’y a pas de place dans un bateau. Plus nous avançons dans le voyage, plus nous nous débarrassons des choses que nous avons gardées au cas où. Nous minimalisons encore plus la vie minimaliste. De toute manière, à cause de l’humidité et de l’air salin, tout s’abime sur un bateau.

Quand nous voulons acheter quelque chose, la première question est : combien de temps ça va durer sur un bateau ? Le consumérisme, nous ne connaissons plus.

La vie sur un voilier nous a également enseigné que l’herbe n’est pas plus verte chez le voisin. Combien de fois on se plaignait que les impôts dans les pays européens sont trop élevés, que la bureaucratie n’y connaît pas de limites etc.

En voyageant dans des pays qui n’ont rien, aucune assurance santé ou chômage, nous nous rendons compte que nous avons beaucoup de chance d’avoir beaucoup d’opportunités en Europe. Il faut juste savoir tirer avantage de ce que nos pays nous offrent. Le pays parfait n’existe pas.

Compétences nécessaires pour vivre sur un bateau

Pour vivre sur un voilier, il est primordial d’acquérir des compétences pour savoir tout réparer sur son bateau. Ou au moins d’avoir une idée pour faire une réparation de fortune en attendant de trouver un professionnel.

Les gens qui ne connaissent rien aux bateaux sont toujours étonnés pourquoi nous sommes toujours en train de réparer quelque chose sur notre voilier. Nous ne nous attendions pas non plus avant de partir en voyage en voilier à la quantité de temps qu’il faut consacrer à l’entretien et aux réparations. Au bout de 3 ans de voyage, nous avons compris que ça ne s’arrêtera jamais.

Le bateau vit dans un environnement très hostile. L’humidité, l’air salin, les UV, la chaleur, les vibrations, le vent… Tout s’use très vite sur un bateau.

Au fur et à mesure des pannes et des galères, nous avons acquis beaucoup de compétences en électricité, mécanique, couture, peinture, vernissage, matériaux. Plus il y a de pannes et plus nous apprenons. Nous sommes bien contents que les galères nous arrivent aux Caraïbes où on peut trouver des pièces de rechange et faire de gros travaux. Une fois dans le Pacifique dans des îles sans rien, nous saurons bien nous débrouiller dans les réparations.

Les autres compétences nécessaires concernent savoir naviguer en sécurité et prévoir les dangers. Là, c’est pareil, nous avons dû vivre des galères pour comprendre la météo et la houle, comment bien mouiller, les gestes à faire pour garder le bateau et l’équipage à l’abri.

Malgré notre permis mer, ce genre de choses s’apprend vraiment une fois en voyage. Au bout de 3 ans de voyage, quand nous faisons une quelconque manœuvre, nous réfléchissons à deux fois quelle connerie et quel danger pourraient nous arriver.

Notre naïveté des débutants en voile a disparu. Nous savons à quel point la mer peut être sans pitié.

Coût de la vie sur un voilier de grand voyage

Un grand voyage en voilier autour du monde nous coûte 2260 Euros / mois pour notre couple. Ce qui fait 1130 Euro / mois / personne. Ce sont absolument tous les frais des 3 ans de voyage : assurances, nourriture, visites, quelques ports et marinas, formalités administratives pour rentrer dans les pays, matériel, entretien et petites réparations du bateau (y compris changement des batteries et l’achat d’un dessalinisateur).

Nous n’avons toutefois pas compté deux grosses factures pour deux gros chantiers : réparations lourdes de notre safran et d’une partie de la coque et le changement complet du gréement dormant et de l’enrouleur de génois. Ce sont des investissements pour du long terme qui fausseraient le montant du budget.

En regardant le bilan de notre première année, on peut voir que plus nous progressons dans le voyage vers l’ouest du globe, plus le coût du voyage augmente.

Dès que nous sommes arrivés aux Antilles, le budget a monté. Le coût de la vie est plus cher sur les îles. Le bateau et l’équipement se détériorent aussi plus vite sous les tropiques. Le bateau se dégrade plus vite quand on vit dedans 365 jours/année comparé à un voilier de plaisance en Europe qu’on utilise habituellement seulement quelques semaines par année.

Plus nous avançons dans le voyage et plus nous nous rendons compte qu’il faut investir dans certains équipements pour le confort de l’équipage comme un dessalinisateur et un nouveau bimini qui enferme complétement le cockpit (les côtés du cockpit aussi) pour nous protéger du soleil brûlant des tropiques.

Un voilier de grand voyage demande un budget, il faut en être conscient.

Tout coûte cher sur un bateau car tout doit résister à l’oxydation, l’humidité, aux UV, aux forces extrêmes. Tout se dégrade très vite. Nous avons un voilier Bénéteau Océanis 440 qui a 44 pieds (13 m) et c’est vrai que plus le bateau est grand et plus il demande de budget.

Pour baisser un peu le budget, il faudra voyager dans un plus petit bateau. Mais quoi qu’il en soit, un voilier est un puits sans fond, ce n’est pas un investissement.

Partir voyager en voilier : le referions-nous ?

Après trois ans de voyage et maintenant que nous sommes moins naïfs, repartirions-nous pour cette même aventure ?

Nous vous l’avouons, le voyage en voilier connaît ses galères et un voilier est un moyen de transport assez coûteux. Ça n’est pas tout à fait ce que nous avions imaginé au départ du voyage.

Mais partir voyager avant la retraite était la meilleure décision que nous avons prise. Nous avons déjà gagné trois ans sur nos vies. Nous avons appris énormément de choses. Vécu tellement d’aventures. Fait tellement de rencontres et de découvertes. Nous n’aurions jamais imaginé faire ça un jour.

C’est vrai que nous avons régulièrement marre du bateau, des réparations à répétition, de l’inconfort et du peu d’espace. Souvent nous rêvons d’un vrai lit, d’un sol qui ne bouge pas, d’une machine à laver.

Nous pensons parfois que ça serait bien plus confortable de voyager en sac à dos, ça coûterait probablement pareil mais nous n’aurions pas les emmerdes des réparations.

Mais vous savez, ce n’est que maintenant, au bout des 3 ans, que tout devient plus facile sur le bateau. Nous le connaissons, nous savons le réparer, nous savons mieux naviguer. C’est maintenant que l’aventure du voilier deviendra beaucoup plus facile.

Alors oui, nous referions le voyage en voilier !

Et vous, comment vous imaginez-vous votre future aventure en voilier ?

10 réflexions sur “Tour du monde en voilier en couple : bilan après 3 ans de voyage”

  1. Michel Lageirse

    Bonjour.
    Je lis avec bcp de plaisir vos aventures de voileurs et sans musique de fond! On veut entendre le vent, la mer ! Mon bateau – 50 pieds acier- est prêt mais une opération d’hernie en 2021 a bouleversée la donne. Mes 72 ans et le Covid n’arrangent pas les. choses. J’ai fais ma première traversée il y a juste 30 ans. A St. Lucie Marigot Bay on était 3 bateaux le 15 décembre!
    Vous avez bien raison de changer le cap du voyage. Bcp de navigateurs ont le sentiment d’avoir voyagés trop vite en passant des lieux fantastiques. Prenez votre temps!
    Bon vent à vous deux, vous le méritez,
    and keep on the good work!
    Ciao ciao
    Michel

    1. Bonjour Michel et merci pour tes mots.
      Nous sommes très tristes de te savoir après une opération alors que tu prévoyais de partir. La santé est précieuse, et avec un projet de voyage on s’en rend compte encore plus. Nous espérons que tu te rétablisses vite!

      La navigation il y a 30 ans devait être quelque chose. 3 bateaux au mouillage, c’est juste le rêve. De nos jours, c’est la surpopulation de bateaux partout. On fait avec notre époque, dans 10 ans, ça sera probablement encore pire.

      Nous te souhaitons un bon rétablissement pour être au plus vite dans ton cockpit derrière la barre!

  2. Gianreto Scartazzini

    Hello les navigateurs,
    Je vous souhaite une excellente année 2022, joie, bonheur, sérénité et la Santé, le moins de galères possibles et une belle suite d’aventure.
    Courage et bon vent.
    Gros bisous

    Giani

    1. Salut Giani, merci à toi. Et une magnifique année à toi aussi! Nous te souhaitons la même chose. Car finalement, en bateau ou pas, c’est pareil.
      Bises à toi.

  3. Patrice Fontaine

    Bonjours les marins,
    Tout d’abord très bonne année.
    De belles navigations dans la douceur.
    Bravo pour votre article que j’approuve à 100%.
    Bon d’accord, je ne suis pas un novice car 35 ans de navigations et 6 bateaux derrière moi.
    Je considère qu’avec un bateau en bon état et bien préparé au départ c’est moitié de bonheur et le reste en entretien /réparation.
    Un ami comparaît un bateau à un trou dans l’eau engloutissant les billets de banque…
    Mais l’intérêt d’un bateau pour moi est la rencontre avec des populations.
    À très bientôt
    Patrice sur Ar-men

    1. Merci Patrice,
      Si c’est quelqu’un d’expérimenté comme toi qui dit ça, alors ça veut dire que nous ne sommes plus des marins naïfs que nous étions au début de notre voyage.

      La résolution de cette nouvelle année sera de mieux entretenir notre bateau. Nous avons beaucoup sous-estimé ce point au départ du voyage.

  4. Jean Maurice-Gril

    Bonjour à vous et une bonne et heureuse année 2022. Que la santé vous accompagne tout au long de votre voyage, car c’est bien le plus important.

    J’en suis arrivé à attendre de vos nouvelles comme si vous étiez déjà des amis de longue date. Pourtant nous ne nous sommes jamais rencontrés.

    Cet article est bien écrit et plein de sincérité que j’ai trouvé tout au long de votre périple.
    Merci pour tout et surtout pour la motivation réaliste que vous transmettez.

    Il me tarde le printemps pour retrouver notre voilier.

    A bientôt au travers de vos récits.

    Amitiés sincères
    Jean

    1. Bonjour Jean et merci. Effectivement, la santé est très importante. Car si elle est abîmée, elle est plus difficile à réparer. Alors que le bateau, c’est presque toujours réparable.

      Profite de l’hiver pour préparer, planifier, apprendre. Et le reste de l’année pour profiter du bateau et de le réparer.

      A très vite!

  5. DOMINIQUE PHILIPPOZ

    Merci pour ce commentaire honnête et bien rédigé sur votre vie à bord du voilier. Sans trop rentrer dans votre intimité, comment gérez-vous les problèmes personnels lorsque vous vous « engueulez », (ça doit certainement arriver que vous en avez marre l’un de l’autre dans un endroit somme toute assez petit); avez-vous pensé à travailler quelques mois sur une île ou sur le continent pour renflouer quelque peu les finances ?
    Je vous souhaite vraiment une bonne continuation dans vos pérégrinations et meilleurs voeux vous accompagnent pour cette nouvelle année .

    1. Merci Dominique pour tes voeux.

      Vivre à deux sur un bateau, c’est effectivement vivre 24h/24 avec l’autre. Tout devoir faire ensemble, devoir se mettre d’accord à 2 sur tous les choix.

      Notre gros avantage c’est que nous avons tous les deux décidé de voyager en bateau. C’est pas madame qui doit suivre monsieur dont c’était le rêve.

      La cohabitation dans un si petit espace s’apprend avec le temps. Après chaque désaccord, on se dit que nous sommes coincés l’un avec l’autre. Que nous devons absolument trouver un consensus.
      Surtout quand il y a un problème avec le bateau.

      Il faut aussi que chacun puisse passer un peu de temps de son côté, tout seul. Pour aller faire des randos, boire une bière.
      Nous travaillons encore sur la façon de mieux cohabiter ensemble dans ce minuscule espace qu’est le bateau.

      Beaucoup de couples se séparent ou divorcent lors d’un voyage en voilier et nous comprenons maintenant pourquoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.