Tour du monde en voilier – la réalité un an après le départ

Tour du monde en voilier - réalité un an après le départ | Sailing blog

Qui n’a pas envie d’évasion, de découverte, d’aventure ? De faire un break dans sa vie ou de faire tabula rasa et de commencer une nouvelle vie ? Vous aussi, vous aspirez à une vie différente loin de la routine quotidienne ?

Nous sommes également passé par là. Quand nous trébuchons dans la vie, des questions se bousculent. Quel sens donner à notre vie ? Quelle autre alternative existe-t-il à la vie moderne que nous menons ?

Pourquoi ne pas partir voyager autour du monde ? En voilier, dites-vous ? Mais quelle idée ! En plus, vous n’avez jamais mis les pieds sur un voilier ?

Tout est possible ! Il suffit juste de prendre la décision !

Vous trouverez dans cet article une comparaison entre l’idée que l’on se fait d’un tour du monde avant le départ et la réalité au bout d’un an à bord. Nous vous parlerons également du budget prévu et les coûts réels d’un tour du monde.

Pour mieux comprendre l’évolution et les changements que l’on fait lors d’un voyage à long cours, faisons d’abord un état de situation avant notre départ.

Préparation d’un tour du monde en voilier

Notre histoire peut sembler banale. Une quarantenaire et un cinquantenaire se rencontrent. Leur vie à tous les deux connaît un bas et ils cherchent du sens à leur vie. La lecture du livre « Escales buissonnières dans le Pacific sud » leur donnent une idée. La famille Laruel dans ce livre décide de tout quitter, d’apprendre à faire de la voile et de voyager autour du monde à bord d’un bateau.

Pourquoi ne pas faire comme eux ? Avril 2014, la décision est prise : on part en tour du monde en septembre 2018. Quoi ? 2018 ? Absolument, nous non plus, nous n’avons jamais mis les pieds sur un voilier. Toutes les vacances sont consacrées à l’apprentissage de la théorie de navigation, aux stages de voile, à la préparation du permis lac et mer et à l’achat du bateau.

L’aventure ne commencera pas en complets débutants-navigateurs, mais nous serons de complets débutants en réparations du voilier et de tout son équipement.

La première année sera consacrée à la navigation en Méditerranée et aux îles Canaries. L’histoire de connaître le bateau et prendre confiance.

Vie sédentaire versus vie nomade

La routine « métro-boulot-dodo » vous parle ? De notre côté, ce ne sont plus que de lointains souvenirs. On oublie très vite les contraintes d’une vie de sédentaires.

Tout d’abord, se lever le matin pour aller au boulot alors qu’on en n’a pas toujours envie. Les décisions du management et des objectifs qui n’ont pas de sens. Des ressources humaines complétement inhumaines. Le burn-out. Ensuite les week-ends et les vacances toujours trop courts. L’importance du paraître. Le consumérisme à l’outrance. Et aussi les gens stressés et malpolis. La pollution dans les villes. Et finalement, … Bon, on arrête, vous en avez certainement déjà votre dose.

La vie dans les sociétés modernes est très bien organisée. Elle est réglée comme une horloge suisse. Faire des études, fonder une famille, faire carrière et attendre sagement la retraite. Cependant, ces dernières années, les choses ont changé. De plus en plus de gens sont malheureux malgré toutes les richesses que nous possédons. Si vous voulez savoir pourquoi nous avons tout quitté, lisez notre article sur les 5 raisons pour faire le tour du monde avant la retraite.

Là, vous vous dites : quel bonheur d’être loin du train-train quotidien. C’est vrai, ne plus dépendre de personne est une expérience extraordinaire. Mettre le cap où on veut et posséder du temps. Quelle richesse !

La vie nomade connaît tout de même quelques tracas. Bouger sans cesse veut dire ne pas pouvoir commander chez Amazon ou AlibabaExpress. Ne plus avoir de médecin à portée de main. Plus d’internet à moindre coût 24h/24. Ne plus voir ses amis. Plus de glaçons. Manquer de fondue et de gruyère suisses. Et surtout, le solde du compte bancaire décroit plus vite qu’on ne le voudrait.

Quelle horrible vie, n’est-ce pas ? Ça pourrait être pire. Et là, on se dit : Mais pourquoi on n’est pas parti plutôt ? Ah oui, parce que la société nous a fait croire que la vie sédentaire était meilleure pour nous.

La réalité de la vie à bord d’un voilier

Les récits de voyage et les chaînes YouTube des tours du monde font rêver. Les paysages, les visites, la baignade, les apéros, tout a l’air si paradisiaque et extraordinaire. Seulement de temps à autre un souci ou une mésaventure, mais ils sont vite réglés.

Vous vous doutez bien, nous avons aussi succombé à ce mode de vie génial avant de nous lancer dans l’aventure. Au fur et à mesure des stages en mer pour notre permis mer, nous avons découvert les chouettes comme les désagréables côtés de la vie à bord.

Savez-vous quelles sont les deux plus belles journées d’un marin ? La première quand il l’achète son bateau et la deuxième quand il le vend. Pourquoi ? Un voilier est une vraie usine à réparations et à l’entretien. Quelque chose tombe tout le temps en panne.

On dit : Si tu ne répares pas une chose aujourd’hui, demain tu auras deux choses à réparer. En plus, chaque petite pièce pour le bateau coûte une fortune. IKEA pour les voiliers, ça n’existe pas. Un bateau n’est pas un investissement comme une maison, c’est plutôt un puits sans fond.

Séances de bricolage à bord.

Par la force des choses, nous sommes devenus plombiers, électriciens, menuisiers, mécaniciens, peintres etc. Connaître son bateau est primordiale. D’ailleurs, après un an du tour du monde, nous apprenons toujours. Dans l’ordre d’arrivée des problèmes. Comparé à nos débuts, nous nous sentons capables de démonter presque tout. Un beau progrès en un an.

La vie à bord, c’est aussi des nuits blanches lors des navigations de nuits et de longues traversées. Des nuits sans sommeil quand le bateau roule de droite à gauche à l’ancre. Des frayeurs lors des problèmes en mer. Nous avons par exemple perdu notre ancre et notre chaîne lors d’une traversée. Une vie sans machine à laver, sans Wi-fi, sans micro-onde, sans congel. Bref, vivre sur un voilier n’est pas toujours rose.

Savez-vous d’ailleurs pourquoi les YouTubeurs ne montrent pas souvent les moments durs dans leurs vidéos de navigation ? Pensez-vous vraiment que quand un pépin arrive, leur première pensée est : « Tiens, je dois aller chercher ma caméra. » ?

Les côtés extraordinaires d’un voyage autour du monde

Avant de partir en tour du monde, on s’imagine tous ces endroits extraordinaires qu’on visitera. On explorera tout ce qu’on voit habituellement dans les documentaires à la télé. C’est vrai, le tour du monde, c’est cela. En plus, sans pub et 24h/24.

Des dauphins qui nous escortent pendant la nuit

Le voyage, c’est aussi vivre plus simplement. Un voilier a un espace réduit, le superflu n’y a pas sa place. Plus besoin d’avoir le dernier gadget à la mode pour faire comme les autres. A part quelques instruments électroniques et informatiques pour la navigation, la photo et la vidéo, nous avons appris à vivre avec le minimum.

Au lieu d’accumuler des biens, comme on le fait dans la vie de sédentaires, nous accumulons des souvenirs et des expériences autour du monde. Et ça, ça n’a pas de prix.

Une grande découverte pour nous fût la communauté des navigateurs. Tout le monde s’entraide, car un jour ou l’autre, chacun connaît un pépin. Les invitations aux apéros sont nombreuses, bienvenue la prise de poids. On en profite pour s’échanger nos tuyaux, on se lie d’amitié.

Même si les adieux sont fréquents, les aurevoirs le sont aussi. Les itinéraires des tours du monde en voilier sont souvent les mêmes. On reverra toujours quelqu’un quelque part.

Voyage sur un voilier en couple

Parlons maintenant de la vie à deux. Elle est comment déjà la vie dans un appartement ? Quand tout va bien, toute la journée, chacun est à son boulot. On ne se côtoie que le soir, les week-ends et pendant les vacances. Au final, ça ne fait pas beaucoup d’heures par semaine. Chacun peut s’échapper pour voir ses amis, faire ses activités, aller s’aérer de son côté. Un vrai train-train quotidien.

Imaginez-vous maintenant une vie dans un espace confiné. Rajouter maintenant une option 24h/24. Ça donne quoi ? Quelque chose comme une émission de télé, cette téléréalité où on enferme plusieurs personnes dans une maison de laquelle elles ne peuvent pas sortir. Vous vous rappeler de l’émission « Secret story » sur M6 ?

La vie sur un bateau ressemble un peu à ça. De quoi devenir fou de temps en temps. On vit l’un sur l’autre sans cesse. Additionner encore les nombreuses réparations à faire sur le bateau, les pépins en pleine mer. L’ambiance peut devenir vite un enfer. Claquer la porte et « se casser » du bateau est un peu difficile.

Pour notre part, nous avons décidé de voyager autour du monde peu après le début de notre relation. Nous nous sommes dit : ça passe ou ça casse. Il nous a fallu un an pour trouver le bon rythme. Fort heureusement, tous les mauvais moments sont compensés par de nombreux moments magiques.

L’avantage d’être à deux c’est de pouvoir se reposer l’un sur l’autre. Nous sommes une équipe de choc. A deux, nous possédons plus de compétences, parlons plus de langues, avons plus de force. Comme nous avons passé tous les deux le permis mer, les navigations sont plus sereines et chacun sait exactement ce qu’il faut faire. Et sachez que sur notre bateau, même les filles bricolent.

Budget d’un tour du monde à la voile versus coût réel

Finalement, le sujet le plus brûlant. Quelle cagnotte prévoir pour partir ? Quelle est vraiment le coût réel après un an de voyage ?

On se dit que voyager en voilier ne doit pas coûter si cher. On a une maison flottante, on ne paye pas de loyer, juste le port de temps en temps. Pas besoin de s’acheter trop de choses, les frais passent dans la nourriture et dans les visites. On s’imagine une vie pas trop chère.

Le budget dépend de plusieurs paramètres, comme de la région de navigation, de la taille et de l’âge du bateau, du mode de consommation de l’équipage. D’après les récits des navigateurs, il faut compter environ 1000 € / mois / personne pour mener une vie simple sur un voilier en couple. Ça comprend également les ports, les assurances, les visites etc. A cela s’ajoute chaque année encore un budget d’environ 10-15 % de la valeur du bateau pour son entretien, les réparations et sa mise à jour.

Après un an de voyage, quel est le verdict ? Notre bateau a 44 pieds (13 mètres) et est équipé très simplement. Nous faisons très attention au budget, n’achetons que ce qui est vraiment nécessaire, n’allons que très rarement au restaurant, ne faisons aucune folie.

Nos premiers deux mois passés en Méditerranée et aux îles Baléares ont coûté 800 € / mois / personne. Nous n’avons presque jamais mis les pieds dans les ports et avons plutôt profité de la baignade et de la vie au mouillage.

Une fois arrivé aux îles Canaries, le budget est monté à environ 1000 € / mois / personne. Pendant les 10 mois aux Canaries, les mouillages devenaient plus rares, il fallait aller dans les ports et nous en avons profité pour louer une voiture pour visiter. La liste des réparations et de l’entretien devenait aussi plus longue.

Vers la fin de la première année, une grosse dépense complétement imprévue s’est rajoutée au budget. Nous devions investir 30 % de la valeur de notre bateau dans des réparations lourdes complétement imprévues ainsi que la mise à jour de l’équipement.

Au final, le plus gourmand pendant un tour du monde, c’est sans aucun doute le bateau. Plus il est grand et plus il demande de budget de maintenance et réparation.

Et vous, comment vous imaginiez-vous un tour du monde en voilier ?
Seriez-vous prêt à partir ?

Sauvegarder l’article sur Pinterest

Tour du monde en voilier - la réalité de la vie à bord : le budget, le coût du bateau, la vie de couple, les surprises

Comments

  1. Bonjour et toutes mes félicitations. Vous avez eu le courage d’aller jusqu’au bout de votre rêve. Ca donne envie.
    Félicitations aussi pour la rédaction de votre site, et pour la sincérité et le naturel de votre dialogue.
    Pour ma part, j’ai fait le tour de la France en voilier (9.60 m) en 2019 en 3 mois (mer + canaux), c’était génial. Je ne pense plus qu’à une chose, c’est recommencer un plus grand voyage en voilier.
    Attention, un voyage en voilier c’est beaucoup d’imprévus, c’est du camping longue durée, mais des images plein les yeux et plein de souvenirs.
    Je suis persuadé que vous révez de recommencer à nouveau.

    1. sv.silkap

      Bonjour Loïc,

      Nous te remercions pour tes compliments sur notre site. Ca nous encourage à continuer.

      Nous te comprenons que tu veuilles partir naviguer plus loin maintenant. Rien que faire les canaux, ça doit être inoubluable.

      Avec ton expérience, ça sera un peu plus facile de voir plus grand. Et tu n’as même pas besoin de traverser l’atlantique pour voir de beaux coins.

      Dès qu’on quitte l’Europe en bateau, tout est plus compliqué. L’équipement, les assurances, la santé, les formalités, les réparations…
      Mais ça vaut la peine et il ne faut pas mettre un tel projet à plus tard. Car ça pourrait être trop tard après.

      Quels sont tes plans pour la suite ? Maintenant que tu as goûté à cette vie 😃

  2. Eva R.

    Bonjour 🙂

    Je m’appelle Eva, j’ai 18 ans et j’aimerais beaucoup faire comme vous: un tour du monde en voilier. Seulement, je ne sais pas vraiment part où commencer…
    Je suis consciente du temps et de l’argent qu’il faut mais pour avoir le permis en mer, dois-je faire le permis voilier ou moteur avant ?
    En tout cas, bravo à vous deux!

    Bien à vous

    1. sv.silkap

      Bonjour Eva,

      C’est génial de voir que tu aies envie de réaliser un tel voyage.

      Tu as besoin d’un permis mer (permis hauturier) si ton bateau aura le pavillon suisse (naviguera sous le drapeau suisse. Tout bateau doit être immatriculé dans un pays).

      Si tu choisis le pavillon suisse (tu seras propriétaire du bateau) alors la Suisse exigera de toi le permis mer.

      Pour un voilier, il te faudra le permis voilier, pas le permis moteur.

      Mais pour obtenir le permis mer suisse pour voilier, il te faudra aussi faire le permis lac pour voilier, c’est obligatoire.

      Donc permis lac et permis mer suisse seront tous les deux pour un voilier.

      Si tu as d’autres questions, tu peux toujours nous contacter.

      1. Eva R.

        Bonjour,

        Merci beaucoup pour votre réponse. Je vais mieux pouvoir me renseigner sur se sujet maintenant. Merci encore pour l’aide et je vous souhaite une belle journée.

        Bien à vous,

        Eva

        1. sv.silkap

          Avec plaisir Eva.
          Le permis voilier c’est surtout si tu veux être propriétaire d’un voilier hauturier (en mer) sous pavillon suisse (enregistré en Suisse).

          C’est assez coûteux car faut aussi faire des stages obligatoires.

          Mais tu peux te faire déjà de l’expérience sur le lac ou en tant que coéquipière sur la mer. Là, pas besoin du permis.

  3. Pascale

    Bonjour, je viens de lire votre reportage très intéressant , nous envisageons avec mon mari de partir en voilier d’ici 2 ans. Je lis qu’il faut un budget de 1000 euros par personne par mois. Qu’est ce que cela comprend exactement ?
    Merci

    1. sv.silkap

      Bonjour Pascale,

      estimer un budget voyage en bateau est complexe. Mais il faut avoir en tête qu’un voilier est un moyen de transport coûteux.
      En vérité, son entretien et les réparations coûtent cher.
      Dans notre budget de 1000 Euros/mois/ personne comptons toutes nos dépenses, sauf les très gros travaux lourds.
      Donc, ça comprend les assurances (bateau et santé), la nourriture, les ports (rares mais inévitables en Europe jusqu’aux Canaries, les frais de clearance (en dehors de l’Europe), les pièces détachées et le petit matériel pour l’équipement, les abonnements téléphone et aussi le téléphone satellitaire pour la transat, les visites à terre (budget très limité pour nous), l’entretien du bateau, les révisions et réparations des professionnels quand on a une panne que nous n’arrivons pas à résoudre…

      Nous n’avons pas compté dans ce budget les réparations très coûteuses ou remplacement d’un équipement qui vaut très cher comme la construction de notre nouveau safran ou le replacement du gréement y compris l’enrouleur. Car c’est un investissement à très long terme et il dépend de l’état du bateau.

      Plus le bateau est grand, plus son entretien coûte cher, il faut l’avoir à l’esprit. Le moteur peut tomber en panne, une voile peut se déchirer et tout cela n’est pas toujours réparable. Et pour les remplacer, ça coûte cher.

      Méfiez-vous quand vous lisez quelque part qu’on peut vivre pour pas cher sur un voilier.
      Pour deux personne sur un plus petit bateau, il faut prévoir au moins 1500 Euros tout compris par mois (pour les deux).
      Avec notre 44 pieds (13 mètres), on arrive à 2000 Euros par mois (pour les deux).
      D’autres dépensent 3000 Euros par mois car ils vont au resto, se payent des visites guidées, un massage de temps à autre…

      Nous ferons prochainement un article plus détaillé qui expliquera à quoi penser dans un budget voyage.

      1. Pascale ,

        Merci beaucoup pour votre réponse, nous venons d’acheter un 34 pieds pour commencer à naviguer en méditerranée.
        Je vous souhaite une bonne continuation et de belles navigations.
        Pascale

        1. sv.silkap

          Avec plaisir Pascale.
          Connaître son bateau est primordial. On apprend ça en cours de route quand on n’y connaît rien.

          Pour le budget, un 34 pieds sera un peu moins exigeant que notre 44 pieds.
          Mais il faut bien avoir à l’esprit que l’entretien d’un bateau est un grand budget. Il faut prévoir dans les 10’000 Euros par année, au moins. Car y a toujours quelque chose en panne ou qui s’use: moteur, électricité, instruments, coutures mangées par les UV, voiles usées, fuites, pompes, gelcoat, vernis, matelats, mousses, batteries…
          Et la main d’œuvre des réparateurs coûte aussi chère.

          C’est sans fin, un cercle vicieux.

          1. Pascale ,

            Merci beaucoup pour votre réponse, nous venons d’acheter un 34 pieds pour commencer à naviguer en méditerranée.
            Je vous souhaite une bonne continuation et de belles navigations.
            Pascale

          2. Pascale

            Merci nous allons en tenir compte pour notre budget, je vous souhaite de belles navigations

  4. Jean Maurice-Gril

    J’ai oublié de vous souhaiter bonne route, mais pour moi c’était une évidence. Beaucoup de plaisr et de belles choses … à deux !

    1. sv.silkap

      Un grand merci Jean!

  5. Jean Maurice-Gril

    Bonjour à vous !
    Très bon reportage, très réaliste !
    Donnez de vos nouvelles, c’est un réel plaisir de vous lire.
    Pour notre part, le grans départ est devant nous et comme vous nous allons commencer par un tour de Méditerranée. Ensuite on verra , car nous n’avons plus 30 ans mais bientôt 70. Sourire !
    D’un autre côté, ne pas le faire me laisse un sentiment d’inachevé, alors…..

    1. sv.silkap

      Bonjour Jean,
      C’est promis, plus de nouvelles suivront. Nous étions tellement pris par le voyage, les visites et toute l’organisation.
      A notre grand regret, nous n’avons pas fait le tour de la Méditerranée, car l’hiver approchait quand nous sommes partis en tour du monde. Par contre, nous nous sommes rattrapés aux Iles Canaries. Ca pourrait être une éventuelle destination pour vous pour la suite. C’est joli coin, toujours sous le soleil, températures agréables toutes l’année. Par contre, les mouillages sont hyper rouleurs, donc vie à la marina, mais c’est pas trop cher.

      C’est génial de pouvoir naviguer même à 70 ans. Ici, le capitaine passera la barre de la 6ème décennie cette année alors on fait tranquille aussi. Et notre jeune capitaine, elle n’a qu’à aller se défouler en rando.

      La vie passe vite, vous avez bien raison, il faut la vivre à fond. Très bon voyage!
      Nous vous embrassons de la Guadeloupe confinée.

  6. Patrice fontaine

    Bonjour,
    Toujours intéressant de lire des choses qui nous arrivera aussi….
    départ dans deux ans sur notre 47´. On fait en sorte que la préparation soit optimisée au max, mais on se doute Ue les emm…. arriveront bien sûr.
    En tout cas moi merci. Par ces moments de confinement, à vous lire j’ai l’impression de sentir l’iode…
    Patrice sur Ar-men

    1. sv.silkap

      Bonjour Patrice,
      C’est vrai que les emm..des font partie de l’aventure, personne n’y échappe. Mais c’est en forgeant qu’on devient forgeron, n’est-ce pas?
      Très bonnes préparations, vous avez suffisamment de temps encore devant vous.

  7. Carolau 3

    Bonjour
    Je viens de découvrir votre site qui met par écrit les même ressentis que nous même sur notre trismus 37 et je vais continuer à explorer votre site très bien fait et agréable a lire.
    Carolau 3

    1. Dajana

      Bonjour et merci pour le compliment.
      Nous sommes ravis de savoir que tout le monde connaît les moments magiques comme les tracas sur un voilier.

      Plus on avance dans l’aventure, plus on comprend pourquoi un bateau demande autant de soins. On devient aussi moins bête pour les réparations et on commence à mieux apprécier le voyage.

      Profitez bien de cette extraordinaire aventure !
      Et à bientôt quelque part au mouillage !

  8. Eric Vuille

    Intéressant votre reportage, joli travail didactique …

    1. Dajana

      Merci Eric. Nous sommes curieux de voir comment ça évoluera après 2 ans.

  9. Perrinjaquet

    Belle histoire !
    J’adore le descriptif entre les moments de joie, de bonheur de la liberté et les instants d’amertume qui ne semblaient pas faire partie de votre tour du monde en voilier au départ pour cette grande aventure à trois…. vous deux et Silkap ⛵️

    1. sv.silkap

      L’aventure porte bien son nom: y a des hauts et des bas. Parfois, quand on est naïf, on se lance peut-être dans plus de choses. Et avec le temps, nous aurons plus d’expérience et serons plus rodés.
      Maintenant que Silkap s’est refait une beauté, elle nous laissera un peu de répit pour quelques semaines. Espérons-le 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *